search

CONTES MORAUX à l’usage de la jeunesse - F. SOAVE - 1789

200,00 €
Aucune taxe

Traduits de l’italien par M. Simon D.M. de l’académie des Arcades de Rome..

Quantité
Article en stock

A Paris, chez Royez, 1789.

 

1 vol in-12 (XI), 201pp, en maroquin rouge, encadrement de dentelles dorées sur les plats, dos lisse orné, filet sur les coupes, dentelle intérieure dorée, doublures et gardes de tabis moiré bleu, tranches dorées (Reliure de l'époque). Exemplaire provenant de la bibliothèque de Ludovic Froissart, avec ex-libris

 

Né à Lugano, Francesco Soave entre en 1759 chez les clercs réguliers somasques de Milan. En 1761, il part à Rome étudier la philosophie et la théologie au collège Clémentin, principal collège des Pères somasques.

En 1765, il publie une traduction des Bucoliques de Virgile, à laquelle il ajoute un texte de sa main sur la façon de traduire.

Il devient maître de poésie à l'académie des Pages et à l'université de Parme. Il part enseigner en 1772 la philosophie à Milan. Lors de l'occupation de cette ville par les troupes de Bonaparte en 1796, il se réfugie à Lugano, puis à Naples. En 1775, il traduit en italien des textes du philosophe John Locke.

Soave s'interroge durant toute sa vie sur le langage et sur la communication entre les hommes. Il envisage le français comme une potentielle langue universelle pour l'humanité.

En 1802, il est nommé directeur du collège national de Modène, puis part en 1803 occuper la chaire d'idéologie à l'université de Pavie, où il meurt en 1806.

En 1782 il rédige ses Novelle Morali, traduites en français en 1790 sous le titre de Contes moraux. Ce texte, destiné à la jeunesse, propose par le divertissement un enseignement moral à l'enfant. Avec cette œuvre, Soave s'insctit dans la lignée des contes moraux français alors en vogue à Paris. Cette mouvance refusait le féérique et prônait un plus grand réalisme, jugé plus à même de donner à l'enfant une leçon de vertu.

Il a œuvré pour promouvoir l'instruction populaire, et s'est attaché à répandre les théories de l'empirisme et du sensualisme.

Dimensions : 13.0 cm de hauteur

                      8.5 cm de largeur

                      1.5 cm d'épaisseur

1 Article